Des Hommes et des Dieux de Anne Lescot et Laurence Magloire.

Blondine, personnage attachant de ce documentaire © AL-LMDocumentaire 2002/57min/Haïti - VO créole sous titrée en français - Version sous titrée en anglais disponible.
Notre avis : Primé au Festival "Vues d'Afrique" en 2002, ce documentaire s’attaque à un tabou majeur en Haïti, celui de l’homosexualité.  Au travers de témoignages poignants et d’une authenticité bouleversante, la confession empreinte de courage de jeunes homosexuels et d’un de leurs aînés…

« C’est ma parole qu’on ne veut pas écouter

C’est ma façon d’être qu’on ne veut pas accepter
Mais c’est cette façon d’être qui fait chanter le coq
C’est cette façon d’être qui fait avancer la vie… »
Erol

Port-au-Prince, huit jeunes homosexuels nous parlent. Chacun dans sa vie quotidienne subit moqueries, insultes et brimades. Rejetés pour la plupart d’entre eux par la société mais néanmoins proches les uns des autres, ils vivent dans la solitude et l’angoisse de l’avenir. Un avenir dont les contours restent désespérément flous.
Blondine, Innocente, Denis et les autres évoquent ainsi leurs craintes et espoirs mais aussi cette étonnante foi qu’ils ont dans la religion vaudou. Une croyance qui leur confère courage et détermination pour affronter la vie au jour le jour. Le vaudou devient alors un espace libérateur, exempt de tout jugement et où être homosexuel n’est pas sujet à discrimination. Pour ces « masisis », la croyance devient même un alibi car dans ce culte où pratiques magiques et rites se mélangent,  il n’y a guère de mal à ce que « l’esprit d’une femme s’empare du corps d’un homme ».

Erzuli Dantor, loa-divinité de la fertilité, évoquée à plusieurs reprises, et ainsi présentée par les protagonistes comme l’unique et seule responsable de leur homosexualité. Seul le témoignage de Fritzner, père de famille et homosexuel, diffère. Pour lui, mêler les esprits à l’orientation sexuelle relève du blasphème. Il s’assume, il ne s’excuse pas et semble être le moins tourmenté, peut-être le plus heureux.

Unis par cette étrange quête spirituelle cinq des protagonistes partiront, comme chaque année, en pèlerinage à St-Yves, lieu culte à l’intérieur du pays. Montrés du doigt, exclus, privés de paternité et guettés par la « terrible maladie » du 21° siècle (le SIDA), ils rêvent d’une vie meilleure, même si « elles » (dans leurs témoignages, ils se considèrent comme femmes)  se doutent que la leur sera plus courte que celle du commun des mortels. Ils en reviendront déçus, sans avoir trouvé de réponses à leurs questions mais heureux de partager ensemble ce lien sacré qui les relie au mystique.

Des Hommes et des Dieux est un de ces documentaires qui contribue à faire évoluer les opinions, qui bouscule les clichés et appelle à la tolérance. Projeté en 2002 sur la place du Champ de Mars à Port-au-Prince, cris et rires ont fusés, au grand soulagement des organisateurs qui craignaient des réactions de violence. La seule réaction d’une rare violence fut publiée dans le quotidien « Le Nouvelliste ». Pourtant, de ces témoignages se dégage une détresse profonde à laquelle il est difficile de rester insensible.
On retiendra également la maîtrise de la caméra notamment lors des gros plans, le choix de la musique, la confiance établie avec l’équipe de tournage et la fine approche anthropologique du sujet.
Une vraie réussite…

Anaïs Jones et Karole Gizolme


Contact :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Anne Lescot : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Laurence Magloire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Festivals et prix
• Vues d’Afrique, Montréal, Canada. Prix TéléQuébec Chantal Lapaire pour le documentaire " faisant le mieux avancer les mentalités du Nord. (avril 2002)
• Festival Gay et Lesbien de New-York, USA. (juin 2002)
• Image et nation, Montréal (septembre 2002)
• African Diaspora Film Festival, New-York, USA (nov-dec 2002)

 

Share