Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

"les 16 de Basse-Pointe" en Martinique et Guadeloupe

Après la Martinique le 20 mars 2008 où il restera plus d'un mois à l'affiche et la Guadeloupe , le 11 nov, "les 16 de Basse-Pointe" sera sur les écrans en France. Une enquête cinématographique sur une affaire qui a fait grand bruit puis a été enfouie sous le silence..... Le 06 septembre 1948, une grève générale embrase le nord de la Martinique et le même jour un béké, Guy de Fabrique meurt de 36 coups de coutelas. Seize ouvriers agricoles noirs syndiqués sont arrêtés et maintenus en détention provisoire pendant trois ans. Leur procès se tient à Bordeaux, ancien port négrier. Cependant, rien ne prouve leur culpabilité. Les accusations se montrent féroces, et la défense s'organise autour de 11 avocats (Marcel Manville, Georges Gratiant, Gerty Archimède.... ). Une défense efficace car les accusés seront relaxés dans ce procès considéré comme le premier contre la France coloniale. Puis un silence de 60 ans s'installera autour de cette affaire.

Camille Mauduech, informée  par la veuve de l'avocat Georges Gratiant s'investit dans un documentaire cinématographique « les 16 de Basse-Pointe » qui  remet en lumière ce meurtre non élucidé, ce secret bien gardé qui parle de cette Martinique d'après-guerre où le syndicalisme faisait ses premières armes face à l'injustice, où les tensions entre noirs et indiens freinaient les solidarités ouvrières, où le préfet se pensait encore en colonie, deux ans après la départementalisation.  Un documentaire sensible sur un tabou, une question sensible jusqu'à aujourd'hui sur les rapports entre ex dominants- ex dominés

 

Synopsis : Le 6 septembre 1948, en Martinique, dans le cadre d'une grève sur une habitation sucrière, l'Habitation Leyritz, à Basse-Pointe, un géreur, blanc créole, est assassiné de 36 coups de coutelas et retrouvé mort dans un champ de cannes de la plantation qu'il administre. Après une chasse à l'homme, 16 coupeurs de cannes syndiqués sont arrêtés et maintenus en détention préventive pendant trois ans...

En août 1951, le procès de ceux qu'on appelle "les 16 de Basse-Pointe, renvoyé à Bordeaux, ancien port négrier, deviendra le premier procès du colonialisme français jugé devant ses pères.

Le meurtre de Guy de Fabrique reste aujourd'hui non élucidé et un secret vieux de presque 60 ans entoure cette affaire exemplaire dans l'histoire de la Martinique.

Que se passe-t-il le 6 septembre 1948, sur un chemin isolé, à l'abri de tous les regards ?

Comment en est-on arrivé à un tel degré de violence ?

Pourquoi ce meurtre et le procès qui en découle, une "victoire" contre le colonialisme, sont-ils passés sous silence ?


FILM DOCUMENTAIRE  de Camille Mauduech (1 h 48)

Share