Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

JE SOUTIENS GENS DE LA CARAIBE !

Mots créoles et esclavage

Choukamo a lesklavaj

Détail monument en hommâge aux résistants de l'esclavage - H. Charpentier au Prêcheur © gc - gdcLes sociétés caribéennes d'aujourd'hui se sont construites sur cette histoire tragique qu'est l'esclavage.

Plus de 150 ans après ses abolitions, les recherches sur cette période reprennent une certaine vigueur.

Plusieurs ouvrages sont édités, littérature jeunesse ou ouvrages d'universitaire ...

Hector Poullet dans son ouvrage en cours de construction Choukamo a glissé quelques mots liés à l'esclavage ....

Devinez vous leur origine ? Par exemple Bosal ? Giné ? ou encore Moudong ? Vos commentaires sont attendus. Kon dènyé fwa la évé kamo a pak ...

Bosal : Un Nèg bosal ou vyé Nèg était l’opposé d’un Nèg kréyòl. Le premier était dit indompté, violent, sauvage ; le second étant né dans l’univers de la plantation, il aurait intégré les conditions de la vie d’esclave, aurait été plus « éduqué »  apparemment plus apaisé, mais également plus rusé. Aujourd’hui on peut dir qu’un vyé Nèg sommeil en chacun des descendants de héritiers de cette histoire

Mondong ou moudong : nom et adjectif. Moudong comme bouliki ou kongo  et toutes reminiscences qui rappellent  l’Afrique, a en créole de la Guadeloupe  une résonance très péjorative. Ainsi, dire de quelqu’un qu’il est mondong ou kondong  c’est à la fois dire qu’il est violent, enragé, vulgaire, mal dégrossi, sauvage. Il y a des poulbwa mondong, variété de termites qui dévoreraient même le fer.
Il existe tout un quartier de Baie-Mahault qui s’appelle Moudong. Les Moudong,  membres d’une ethnie africaine qui, pour des raisons esthétique semble-t-il, se limaient les dents afin que les incisives ressemblent aux canines, ce qui leur donnait un air féroce et une réputation de cannibales. Moudong pourrait elle être une déformation de Mandingue ?

Archaïsme français
....

Connaissez vous les utilisations du verbe "abolir" ?
Aboli est encore utilisé dans nos campagnes de Guadeloupe comme verbe transitif avec l’acception de annuler  Ansi : lapèch-la nou té pou ay la nou ka anni aboli sa.
Selon Robert Chaudenson aboli fait partie du lexique commun du créole de la Réunion : disparu, terminé, achevé ; alors qu’en français  aboli est d’un emploi relativement rare, et, en quelque sorte technique. « Ce terme paraît avoir connu en créole, une fortune qu’e xplique peut-être l’usage qu’on a dû en faire au moment de l’ abolition de l’esclavage. Il faut cependant noter qu’en français canadien le verbe est très courant avec une signification identique : «  Abolir » : fermer supprimer un chemin »

> Eléments pour un dictionnaire historique du créole guadeloupéen, Hector Poullet • Caraïbéditions  • Novembre 2014 • ISBN 9782917623817 • 190 pages • 11 X 17,5 cm • 13.90 €.

Share