Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

JE SOUTIENS GENS DE LA CARAIBE !

2008 : archives manif.

Nicolas Sarkozy annonce la rentrée de l'esclavage dans les manuels scolaires de primaire

F. Hyber - Sénat/L. Poyet 2007-Le cri, l'écritNicolas Sarkozy  annonce la rentrée de l'esclavage dans les manuels scolaires de primaire. Une mesure qui existe cependant depuis 2002. Voici la dépêche de l'AFP reprenant le discours du président. PARIS (AFP) — Nicolas Sarkozy a appelé samedi à regarder "de façon lucide et apaisée" l'histoire de l'esclavage, tout en soulignant que l'asservissement restait une question actuelle. Le chef de l'Etat présidait dans les jardins du Luxembourg, sous un ciel radieux, les cérémonies de la troisième journée nationale de commémoration des "mémoires de la traite négrière de l'esclavage et de leurs abolitions", instaurée en 2006 par son prédécesseur Jacques Chirac.

Plusieurs autres manifestations - défilés, hommages au poète martiniquais défunt Aimé Césaire - se sont déroulées en France. Ce fut le cas notamment à Bordeaux, qui fut un des principaux ports négriers, en présence de Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada mais aussi descendante d'esclaves haïtiens.

 

A Paris, évoquant l'esclavage des noirs, "blessure profonde qui pèse encore sur les consciences", "crime contre l'humanité", M. Sarkozy a exhorté à regarder "cette histoire telle qu'elle a été", "lucidement", car "c'est l'histoire de France".

Auparavant, devant une foule rassemblée autour d'une sculpture - "Le Cri, l'Ecrit" - de l'artiste français Fabrice Hyber, constituée de trois maillons d'une chaîne brisée, M. Sarkozy avait visité l'exposition en plein air consacrée au chevalier de Saint-George, musicien, escrimeur, valeureux soldat.

 

Des oeuvres de celui qui fut au XVIIIè siècle le premier compositeur noir de l'histoire de la musique occidentale, ont été interprétés par les Archets de Paris. 300 enfants - dont la moitié venant de Seine-Saint-Denis, ont aussi interprété un choeur d'opéra de Saint-George, "Aimons-nous".

 

Le président était accompagné des ministres Michèle Alliot-Marie (Intérieur), Christine Albanel (Culture) et Yves Jégo (Outre-mer).

M. Jégo a ensuite proposé, dans son ministère, de créer "un mémorial virtuel" électronique sur l'esclavage, pour "faire travailler ensemble historiens et chercheurs de différents pays".

 

Christiane Taubira, député radicale de Guyane, présente au Luxembourg, avait souhaité que le discours de M. Sarkozy "rattrape celui de Dakar", dans lequel des intellectuels africains avaient dénoncé des "préjugés séculaires".

M. Sarkozy a annoncé que "la traite des Noirs, l'esclavage ainsi que leurs abolitions" seraient enseignées à l'école primaire "dès la rentrée prochaine".

 

Il a confirmé que le 23 mai serait "une journée commémorative" pour les associations de Français d'Outre-mer vivant en métropole. Ce qui donnera satisfaction aux nombreux tenants de cette date, pour commémorer cette page sombre de l'histoire.

"Je pense à Aimé Césaire", a dit M. Sarkozy qui avait assisté à ses funérailles en Martinique. "L'émotion provoquée par (sa) disparition montre à quel point nous sommes toujours à la recherche de notre histoire".

 

Mais, a poursuivi le chef de l'Etat, "cette célébration ne doit pas être seulement un rappel historique" car "des millions de personnes sont encore victimes de la traite. Elles demeurent privées de liberté, soumises à des conditions d'exploitation brutales".

Il a évoqué "la tragédie que vit le peuple de Birmanie", ravagée par un cyclone et dont le régime "éminemment condamnable, empêche le débarquement de vivres" pour aider les centaines de milliers de sans-logis.

 

La troisième journée commémorative des traites négrières, de l'esclavage, et de leur abolition mettra l'accent, ce 10 mai 2008 sur le Chevalier de Saint-George, son oeuvre musicale et l'exemplarité de sa vie. Une cérémonie se tiendra dans les jardins du Sénat.

Note de Gens de la Caraïbe :
L'esclavage est inscrit dans les programmes scolaires français depuis 2002. Voir l'ouvrage "Enseigner l'histoire des traites négrières et de l'esclavage en cycle 3" d'Eric Ménard et Aude Désiré.



Cérémonie officielle de la commémoration de l'abolition de l'esclavage et de la traite négrière au jardin du Luxembourg .

- De jeunes invités de Guadeloupe et de Bordeaux ont assisté dès 9h45 à la répétition de l'orchestre qui sera dirigé par Frédéric Lodéon (France Inter) et participé à celle du choeur. Deux interprétations : le choeur "Aimons-nous" du chevalier de Saint-George puis la Marseillaise (premier couplet et refrain).

- Devant le Président de la République seront lus des textes abolitionnistes suivis d'un concert interprétant les oeuvres du chevalier  Saint George par les archets de Paris. Un discours du Président de la République clôturera l'événement.

Ce déroulement a été pensé pour qu’en un temps limité les trois grands dimensions portées par une telle journée soient symboliquement présentes : le recueillement devant la douleur passée, l’hommage à ceux qui ont combattu, l’espoir que le monde que nous voulons bannisse l’asservissement. Le chevalier de Saint-George incarne ces trois dimensions. La musique choisie les illustre.
 
Contacts de l'association "Le Concert de Monsieur de Saint George"
www.chevaliersaintgeorge.fr

Autres événements autour du 10 mai sur le site  du Comité pour la mémoire de l'esclavage : comite-memoire-esclavage.fr/
Share