Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

JE SOUTIENS GENS DE LA CARAIBE !

Compte rendu du séminaire de lancement d' Interreg IV Caraïbes

Hémicycle du Conseil régional de Guadeloupe pour le lancement officiel d'Interreg IV Caraïbes 26 oct 2008

Les journées de lancement du nouveau programme opérationnel Interreg IV Caraïbes pour la période 2007-2013 ont été organisées les 25 et 26 septembre 2008 en Guadeloupe, sous l’intitulé « Bâtir ensemble la Grande Caraïbe » .

Les différents partenaires ayant participé à l’élaboration de ce Programme Opérationnel étaient présents à ces journées :  
 - les trois régions Guadeloupe, Guyane, Martinique, et les nouvelles Communautés d’Outre Mer de Saint-Martin et Saint Barthélemy,
- les services de l’Etat,
- les organisations régionales caribéennes : l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC), l’Organisation des Etats de la Caraïbe du Sud (OECS) et la CARICOM/ CARIFORUM.

Etaient aussi présents différents représentants de la Commission Européenne (DG Regio, DG Développement), ainsi que l’ambassadeur délégué à la coopération régionale de la zone Antilles-Guyane.

 

BILAN DU PRECEDENT PROGRAMME


La 1ère génération du programme, durant la période 2000-2006, a permis d’expérimenter des coopérations ponctuelles, mais d’un niveau plus important que les partenariats informels menés par les Caribéens depuis longtemps.

Les difficultés

Elle a aussi souligné le poids des difficultés spécifiques de la zone caraïbe, par rapport aux zones de coopération d’Europe continentale :
- difficulté d’harmoniser les besoins du fait de la différence importante des niveaux de développement des zones concernées
- faible connaissance respective des règles de fonctionnement des politiques, des règles administratives et juridiques, souvent très différentes
- difficultés de déplacement
- manque de maîtrise des langues
- difficulté pour les partenaires extra-européens de saisir pleinement les règles du jeu et d’accéder aux informations et aux supports techniques
- difficulté d’articulation entre les fonds FEDER et FED

1/3 seulement des projets proposés ont abouti, et l’analyse des dossiers a montré :
    qu’il y avait peu de projets structurants,
    qu’ils étaient peu ou mal évalués,
    que les chefs de file présentaient de nombreuses lacunes, notamment en matière de capacité de gestion et de coordination,
    que les préfinancements étaient difficiles (les porteurs de projet doivent avancer l’argent, qui leur est remboursé sur justificatif, à différentes étapes d’avancement du projet)


Les points positifs

Mais à côté de ces problèmes, de grands pas ont été faits :
 - avancée de la Commission Européenne sur la prise en compte des demandes des Régions Ultrapériphériques
 - construction de relations fortes entre les 3 Départements Français d'Amérique (Guadeloupe, Guyane, Martinique)
 - élaboration de stratégies communes et de projets en mutualisation entre les 3 DFA 

- rapprochement avec les institutions de la zone, et consolidation des réseaux
- ouverture vers l’international
- conscience de la nécessité de l’insertion pour entrer dans une dynamique de co-développement entre pays de la zone, DFA compris.

On a aussi noté que l’essentiel des projets émanaient des secteurs éducatif, culturel, et universitaire, et qu’il a été plus difficile de faire naître des projets économiques : l’accent devra être porté sur ce secteur dans la nouvelle programmation, la coopération étant véritablement une nécessité, dont dépend pour une bonne part la survie des économies de la zone.


LES AXES D' INTERREG IV CARAIBES

Tenant compte de ces constatations, le nouveau programme Interreg IV Caraïbes, dont l’enveloppe financière de 63 842 814 € a triplé compte tenu des enjeux cités , comporte 3 axes :
Axe 1 - Favoriser la croissance et l’emploi par l’innovation et l’économie de la connaissance ; renforcer l’attractivité par le désenclavement et la connectivité des territoires.

Axe 2 - Valoriser et protéger le capital environnemental à travers la gestion commune et durable des ressources terrestres, maritimes,...etc., et la prévention des risques.

Axe 3 - Stimuler le rapprochement des populations, le développement de services communs et des synergies entre les institutions et entre les territoires pour renforcer la cohésion et l’intégration sociale de l’espace Caraïbe.

C’est dans ce dernier axe que des projets culturels peuvent toujours trouver place, notamment dans les sous-catégories :
•    Actions visant à développer les réseaux régionaux dans l’éducation et la formation, et encourager le multilinguisme.
•    Actions visant à encourager les actions culturelles et sociales conjointes, promouvoir et valoriser la diversité culturelle et l’identité des territoires.

 
QUELLES COOPERATIONS

Interreg IV Caraïbes soutient  3 types de coopération :
- la coopération transfrontalière, concernant les pays ayant une frontière terrestre ou maritime avec la région considérée dans une zone de moins de 150 kms (75% du budget global). Les Régions d’Outre mer bénéficient pour la première fois, dans cette programmation, de la coopération transfrontalière, qui répond à leur réalité géographique : 36 201 800 € lui sont affectés.

- la coopération transnationale (20 % du budget global).
Le volet transnational des Caraïbes  concerne les 3 régions (Guadeloupe, Guyane et Martinique) et les deux collectivités d’Outre-mer (Saint-Martin et Saint-Barthélemy). 11 660 230 € lui sont affectés.
L’espace de coopération comprend les 28 pays et territoires de l’espace géographique de coopération Caraïbe.  

Il est à noter que les priorités de la coopération transfrontalière et de la coopération transnationale sont les mêmes. C’est avant tout l’espace couvert par les projets qui change : le Secrétariat Technique Commun, qui réceptionne les dossiers, se chargera de les orienter sur l’un ou l’autre volet. Les opérateurs n’ont pas à se préoccuper de cet aspect.

- la coopération interrégionale, qui soutient l’échange d’expérience entre Régions européennes.


Le Secrétariat Technique Commun, coordonnateur pour la zone, est toujours situé en Guadeloupe. Des points de contact régionaux (PCR), relais de présentation des projets, existent en Guyane et en Martinique, prochainement à Saint Martin et Saint Barthelemy. L’AEC à Trinidad, le CARICOM/CARIFORUM au Guyana, et l’OECS à Sainte Lucie sont des points de contacts régionaux extra-communautaires.

 

LES NOUVEAUTÉS

A côté de cela, Interreg IV Caraïbes affiche un certain nombre de nouveautés quant à son mode de fonctionnement :

- un nouveau directeur, Claude MAINGE, a pris la direction du STC, et l’équipe de l’assistance technique est renforcée par 2 personnes. De plus, la Région Martinique par la voix de son président a annoncé qu’elle allait mettre à disposition du STC une personne affectée à la coordination entre le STC et le Point de Contact Régional en Martinique


- il sera possible de recourir à des experts externes, dont la rémunération pourra être inscrite au budget du projet. Le STC va lancer un appel à manifestation d’intérêt pour constituer une base de données d’experts, qui sera mise à disposition des porteurs de projets. Ceux-ci seront libres d’en recruter d’autres, dès lors que leur niveau d’expertise sera  reconnu, selon les critères en vigueur (5 à 15 années d’expertise).

- l’information et la formation des différents acteurs seront renforcées : communication dans les médias, réunions d’information, sessions de formation notamment à la gestion du cycle de projets…


-  les outils de gestion et de contrôle seront améliorés
- les appels à projets seront le mode principal d’accès aux financements : le 1er appel à projet a été lancé lundi 29 septembre, à l’issue des Journées de lancement. Ouvert jusqu’au 28 novembre 2008, il est téléchargeable sur le nouveau site internet Interreg Caraïbes http://www.interreg-caraibes.org


-  la procédure sera améliorée : il a notamment été décidé de mieux coordonner la mise en œuvre de l’INTERREG avec celle d’autres dispositifs, en particulier le  Fonds de Coopération Régionale (FCR). Ainsi, les différentes autorités de Guadeloupe ont décidé de  lancer un appel à projet commun INTERREG/ FCR, et il a été décidé que 50%  de l’enveloppe du FCR serait consacrée au co-financement national d’INTERREG

Les différents critères d’éligibilité des projets, des dépenses, les modes d’évaluation et de suivi des projets sont détaillés sur le site du programme.

INTERREG IV ET LA CULTURE

On a vu que la nouvelle programmation INTERREG s’attachait en priorité aux projets structurants, à effets économiques évaluables, et susceptibles de produire une « plus value » pour tous les participants (meilleure qualification, meilleure connaissance mutuelle, etc…)

La culture, de ce fait, doit être vue dans sa dimension transversale, et dans le cadre d’une vision à long terme :


-    un projet doit être lisible dans une perspective structurante, pour les différentes parties concernées. Un festival pourrait être vu, par exemple, sous l’angle des retombées économiques qu’il induit, au delà d’une seule édition, avec d’éventuels aspects pérennes. Ou sous l’angle de la constitution d’un réseau de festivals, ou d’acteurs culturels en évaluant les conséquences durables et structurantes (professionnellement, économiquement, attractivité…) qu’il induit.

Les possibilités nouvelles d’accompagnement des projets devraient être pleinement prises en compte par les opérateurs culturels : entrée en dialogue avec le STC très en amont, mobilisation des études préalables et des experts autant que de besoin, analyse transversale du projet, avec toutes ses implications hors champ de la culture, formations à la gestion du cycle de projet, etc…

CONTACTS
Gestionnaire du programme
Secrétariat Technique Commun – Espace Régional – Cité des Métiers – Boulevard du Général de Gaulle – Raizet Sud – 97139 Abymes – Tel : +590 590 47 06 00
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Article rédigé par
La Maison des Suds  : maison-des-suds-at-wanadoo.fr - Tél : +33 1 75 47 81 92

Share