Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

« plan de sauvetage de l’industrie musicale » - C. Albanel fait le point au MIDEM

L' intervention C. Albanel  au Midem 2009 était  très attendue  par  tous ces  professionnels  inquiets  depuis  plusieurs  années. En effet  le téléchargement  conjugué aux  apparitions  de  supports  multiples de stockage et d'enregistrements  ont  mis a  plat  rapidement un secteur  discographique qui avait  littéralement explosé depuis les années 60 et sur lequel reposait  principalement  l’industrie musicale.

En fin  2008  la situation est loin d'être réjouissante, elle a même de quoi inquiéter très  sérieusement. Ainsi  le SNEP  ( syndicat  nationale de l’édition  musicale ) a révélé  les  chiffres des  ventes en 2008 ( tous  supports  confondus ) avec  une  chute  encore de  15 % par rapport à 2007.


Le recul des  ventes  physiques est loin d'être  compensé par  les recettes  provenant  du numérique  et principalement  celles  provenant du téléchargement payant.


En 2008 Les  ventes de CD (pleins) ont  baissé  de  18 %  et celle  des  sigles  de 47 %.

 

En  six ans  le  marché  physique  a chuté de  60 % , de quoi avoir  froid dans  le dos.

 

Cela représente  une baisse de chiffre  d'affaires  de 772 millions d’euros.

 

En même  temps  le marché du téléchargement payant  a connu une  croissance de 49 %  pour  une  valeur de 76 millions  d’euros ,  jugez  vous-même  de  l'écart! 

 

C'est  donc  dans ce   contexte  que le ministre  a  voulu donner  des  signes  encourageants en présentant les nouvelles  mesures  proposées  par elle et le gouvernement .

Quelles  sont-t-elles ?
    
1    PROJET DE LOI  CREATION ET INTERNET
La  lutte  contre  le piratage est le premier  volet de  ce  projet ,  les discussions prévues  a  l'assemblée   nationale  au mois de mars  retiendront l'attention des professionnels .

 

Les principales mesures :
- Constitution d une  haute  autorité de  surveillance HADOPI
- Avertissements   aux  contrefacteurs  
- Suspension des   abonnements

-  Education du consommateur
- Amendes..

2  CONSOLIDER LES REMUNERATIONS   DES  CREATEURS  ET PRODUCTEURS

 

Sécuriser l’environnement juridique est le second  chantier.
Le ministre a  fait de  la défense des droits des artistes-interprètes et des producteurs  un second chantier de taille.


- Allongement à  95  ans  de la durée  de protection
-  Prélèvement  sur les recettes  supplémentaires des  producteurs
- Rémunération équitable  auprès des radios
- Droits  sur  la copie privée renforcés

3    SOUTENIR LA CREATION, L’EMPLOI  ET LES  ENTREPRISES  DU SECTEUR


Cela se traduira principalement par l’adaptation du régime des  SOFICA déjà  en place dans  le cinéma  pour  le monde de la musique et notamment pour le secteur  phonographique.


La création de sociétés de financement est cruciale pour  la survie du secteur.
Seconde  action dans ce  chapitre   les  crédits  d’impôts  en faveur de la production de nouveaux  talents. L’enveloppe totale  a été  quadruplée  de 3 à 12 millions d’€.

 

Des mesures également sur l'aide à l’accès aux crédits pour les entreprises indépendantes.
Enfin  des  conventions  collectives  nouvelles doivent servir  à moderniser les rapports  sociaux dans l’industrie musicale


4  AUTRES CHANTIERS


Les désengagements de la grande  distribution  vis-à-vis du disque interpelle le ministre qui veut  réfléchir  à  la mise en place de modalités  nouvelles  pour  la promotion de certains catalogues  (musique   classique   jazz   recherches musicales)

 

La ministre souhaite  réunir  dans les meilleurs délais  les  opérateurs de la filière avec les diffuseurs  pour dresser un  constat partagé  sur la base  du  suivi mené  depuis  2003 par  l’observatoire national de la musique  et déterminer si  besoin est des  pistes  d’intervention.


Pour  finir   elle  souligne  la  question du taux de TVA  et semble  ouverte  à l’idée    d’une  TVA  particulière  pour soutenir le secteur

Quelles  traductions de  ces  idées   en outre  mer  et singulièrement en Martinique ?  Comment nous insérons nous dans de  telles  problématiques ? Comment relayer  ces  préoccupations dans nos  univers ?


Certes les échelles  ne sont pas  les mêmes, toutefois  nous gagnerons  à être en phase avec ces problématiques, à être également   présents  lors de ces  grands rendez  vous  professionnels.  Hélas  n’avons pas  trouvé dans notre   mémoire  trace  de  l’identité  d’une politique  culturelle économique et professionnelle visible  chez  nous,   mettant  en action des  idées  créatives  et contemporaines  permettant de répondre aux  problématiques  d’aujourd’hui ….dommage.

 

Christian BOUTANT, délégué  régional  SACEM SACD
Share