Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

JE SOUTIENS GENS DE LA CARAIBE !

Ressources Livres

On a lu : Esclaves de Kangni Alem, paru en 2009

Habitués que nous sommes des vacuités et des sonorités creuses lorsqu’il est question de l’esclavage, on est fascinés par l’intrigante complexité de cette jarre qui se remplit d’Histoire et d’histoires au fil des pages. L’écrivain togolais Kangni Alem restaure avec brio le sens avec Esclaves. Son roman invite ainsi les lecteurs à questionner les entités sans substance.

Cette fiction historique qui compte la vie d’un retornado se décline en trois temps forts. Le royaume du Danhomè où les machineries et les tractations contre le roi opposé au commerce des esclaves vont bon train. La capture et la déportation au Brésil du protagoniste aux patronymes changeant au gré des déplacements et enfin le retour au Danhomè de l’afro-brésilien ou retornado après plusieurs décennies d’esclavage, n’en déplaise à celui qui  combattra avec ardeur cette appellation déjà révélatrice des désastres psychologiques causés par cet avilissement extrême de l’être; sa forme pernicieuse étant la stratification de la communauté de retornados pleine de dédain vis-à-vis des locaux.


 


L’écriture morcelée de nombreuses rétrospections et le ton dénué de tout sentimentalisme confèrent à cette intrigue captivante toute sa force. Avec ce roman à point nommé ne souffrant ni raccourcis, ni simplismes, l’auteur togolais débroussaille la psychologie complexe des acteurs de cette époque : du roi déchu du Danhomè, au cynique négrier De Souza, en passant par les esclaves et les affranchis du Brésil. On saluera ce travail de maître particulièrement brillant sur les éclairages apportés à cette période peu traitée dans la littérature. Là où le travail de l’historien se heurte à des limites, le romancier insuffle un nouveau souffle aux personnages, aux révoltes, à la cohabitation pénible des afro-brésiliens avec les danhoméens. Les rebondissement multiples, l’amour, le sens du devoir, la loyauté, le viol du protagoniste par une amazone, la corruption, sont autant de thématiques circonscrivant les captures, la traite, l’esclavage et la servitude.

Tout ceci témoigne d’un système déshumanisant contre lequel le protagoniste se bat contrairement à certains de ses contemporains pris dans le jeu de l’appât du gain favorisé par les querelles entre royaumes et surtout une grande désorganisation face aux esclavagistes qui ont su tirer profit de ces discordes.
 

Share