Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

Qui faisait partie de Bannzil Kréyòl à sa fondation ?

Quelques échanges avec Hector Poullet, quelques recherches sur Internet (Montray Kréyol de R. Confiant, Potomitan ou kepkaa.com) révèlent que la mémoire fait défaut sur cette structure Bannzil Kréyòl qui en 1983 décidait à Sainte-Lucie de se créer en mouvement et de lancer cette Jounen Entenasyonal Kréyòl le 28 octobre en hommage à la Dominique et son indépendance ce jour là. Selon Hector, après cette création, Edouard Glissant demandait à Banzil Kréyòl de rédiger deux numéros des Cahiers de l'Unesco qu'il dirigeait. Il ne garde pas en souvenir que cette journée ait été reconnue par l'Unesco comme l'écrit le site du mois créole à Montréal et le reprend Patrick Karam, délégué interministériel à l'égalité des chances.

Deux questions à Hector Poullet, collectionneur de mots créoles et un des premiers à avoir introduit le créole à l'école :

 

Qui composaient Bannzil Kréyòl à ses débuts ?

Bannzil, c'est l'émergence des linguistes natifs, créolophones contre les linguistes exogènes non créolophones mais qui ont la main mise sur la créolistique universitaire. Je crois me rappeler qu'autour de Danielle D'Offay, créolophone des Seychelles, secrétaire générale de Bannzil (1) (elle sera quelques années plus ministre de l'éducation de son pays sous son nom de jeune fille), il y a Jean Bernabé, Lambert Félix Prudent, Raphaël Confiant, Dannick Zandronis, Donald Colat-Jolivière, Robert Fontès, mais également des Sainte-Luciens et des Guyanais, Dominiquais dont j'ai oublié les noms. Tout ce monde est entouré d'une nébuleuse de militants, dont j'ai fait partie, plus ou moins intégré au noyau central plus ou moins nationalistes, et se dresse contre le groupe des Universités d'Aix en Provence avec les Chaudensson et Hazaël Massieux, les universités allemandes et américaines.

Quelle était l'ambiance de l'époque ?

Je vous passe les colloques, les revues, les publications, les insultes et les haines tenaces. Puis arrive le clash au sein du Gerec, entre Confiant et Prudent, qui provoque une division qui affaiblira durablement le mouvement, certains prenant partie, d'autres laissés dans l'entre deux.
Mais tout cela ce n'est que de vagues souvenirs. Il est peut-être temps de faire l'historique de Bannzil et de confier la tâche à un historien. Lançons donc un appel !

 

(1) selon le site Montray, les statuts de Bannzil ont été déposés aux Seychelles.

Share