Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

la culture - kilti a

Industries Culturelles : vers une utopie fondatrice ?

Une  association a été  constituée  en Martinique par des professionnels du milieu culturel : le BEC, Bureau export culture. 

Sa mission : mettre  en place  tout dispositif  visant à  favoriser l'exportation des productions  culturelles martiniquaises dans le  monde.

 Les  enjeux  sont  importants et nouveaux.

 Comment favoriser une  image plus attrayante pour notre destination ?

 Comment  promouvoir sa  notoriété  dans le monde,- par la littérature, l'audiovisuel, la  musique, la peinture,  les  arts  plastiques, le  théâtre, la danse,  la gastronomie ..... 

Comment  accompagner les artistes martiniquais, assurer une présence et  une distribution de leurs productions culturelles et  artistiques en France, en Europe,  dans le monde? 

Comment trouver de nouveaux  espaces ? 

Comment  faire  évoluer  le  rapport  culture  tourisme ? 

L'environnement  technologique  et  médiatique actuel n'est-t-il pas porteur  d'une nouvelle économie ? D'une  nouvelle  communication ?  Comment  s'y préparer? 

C'est tout l 'enjeu de la production culturelle  qui désormais  doit être  également conçue  en terme de  stratégie  marketing et de pénétrations de marchés ; mais aussi en terme  de  notoriété  pour  notre destination.



Un festival international 



Sainte-Lucie (St-Lucia jazz festival et Jazz in the South),  Dominique (World creole festival),  Guadeloupe (festival de gwoka, Terre de blues de Marie-Galante),  La Guyane (festival de jazz),...

 Ils  ont  tous  mis en place des festivals  avec les  soutiens de  leurs  collectivités et entrant dans  le cadre de  politiques  de développement  à long terme,  on serait tenté  de  dire qu' 'attend la Martinique?

 Pourtant  si  l'on se remémore le  CMAC , depuis  longtemps  nous avons été  les précurseurs en la matière;  aujourd'hui  force est de reconnaitre  que  nous sommes  en queue de peloton; si l'on n'est pas bons derniers.

Les Etats-Unis ont été les premiers à  comprendre les synergies devant exister  entre  les arts, leur production , leur  distribution, leur encadrement, et les politiques de développement .

 Très tôt en effet, par le  biais notamment du cinéma  et de la musique, ce pays a littéralement promu aux quatre coins du  monde ses expressions culturelles et artistiques  soutenues par une véritable activité industrielle et d' innovations dans cette économie libérale à souhait. 

Les discussions et autres initiatives en cours depuis plusieurs années, accélérées depuis quelques mois notamment dans le cadre des accords de partenariats signés entre l'Union européenne et les membres du CARIFORUM montrent que les  pays  de la Caraïbe anglophone sont prêts à intégrer de plus en plus ce  type de problématique et ces réflexions dans leurs projets de développement.

Plusieurs  operateurs nous ont d'ailleurs rendu visite  fin  2009  dans le cadre des échanges régionaux et fait état de leur   volonté très nette de favoriser le développement des échanges et l'ouverture des  espaces  économiques  de la Caraïbe , des Antilles françaises et de  l'Union européenne à leurs productions culturelles et artistiques. Le service de coopération du Conseil régional est d'ailleurs très investi dans l'approfondissement des dispositifs qui en découlent.  




De nouvelles ambitions



Pour  conclure,  tentons  donc  d'identifier  ce qui nous parait prioritaires dans le contexte actuel dans le cadre  de cette industrie  culturelle  aux vertus fondatrices:



- Redéfinir les  objectifs  d'une  nouvelle politique visant  à  entériner et encadrer  l'existence  d'une  économie  culturelle avec des operateurs professionnels  définis et identifiables.



-  Mettre en œuvre  une  action  de  collectage des  production  culturelles et artistiques à  l'instar des  pays de  Bretagne  sur le patrimoine culturel  martiniquais



-  Doter  la Martinique d'une  instance  d'ingénierie autour des  industries  culturelle chargée d'évaluer, d'accompagner, de développer les distributions des produits  culturels



- Favoriser  en France et à l'étranger  la  notoriété des événements  culturels locaux  (festival de Fort-de-France, Biguine  jazz, Festival de la Quadrille, Nuit du conte  ...etc.)



-  Favoriser  le développement de la notoriété culturelle et sportive de la Martinique dans le monde



- Mieux  encadrer  les  flux  financier  et les métiers dans  le cadre des consommations culturelles et  des loisirs (trop de laisser aller)



-  Harmoniser les activités  des  pouvoirs  publics  et des  opérateurs  privés  du loisir et de la  consommation culturelle.



On aura tous compris que nous ne pouvons  plus continuer à voguer au gré des vents et qu'il  est  urgent de construire  quelque  chose  de  solide  s' intégrant  dans les  conceptions de développement durable  acceptées  et comprises  aujourd'hui  par tous et par toutes.

Cela passe aussi  par un nouveau comportement culturel  du martiniquais ;  est ce envisageable ?



Le 02/05/2010



Christian Boutant



Délégué SACEM

 Martinique Guadeloupe

Membre du Conseil de la culture, de l'éducation et de l'environnement  (CCEE)

Contact:

B.E.C. Martinique
Bureau Export Culture Martinique
C/o Don's Music
12 B Centre d'Affaires Dillon Express
4 rue Eugène-Eucharis
97200 Fort-de-France
Martinique FWI

--------

Retrouvez-les dans le Guide de la Caraïbe culturelle 2010 :

Christian Boutant a signé l'entretien « Vivre de la musique en Martinique» page 79.

Sacem Martinique : Martinique > Structures > Musique > Accompagnement : fiche 716

Sainte-Lucie (festival de jazz) : Amériques et autres iles de la Caraïbe > Sainte Lucie > St Lucia Jazz festival :  fiche 1094, page 272

World Creole Music Festival : Amériques et autres iles de la Caraïbe > Dominique > St Lucia Jazz festival :  fiche 1085, page 271
 

Share