Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

L'UAG en mouvement

Lors de la rentrée de l'Université des Antilles et de la Guyane, lundi 27 septembre 2010, Pascal Saffache son président a insisté sur l'ambition de l'UAG de devenir l'université de référence dans le bassin Caraïbe Amazone dans le cadre du contrat quadriennal 2010-2013. Actuellement éclatée sur trois pôles Guadeloupe, Guyane, Martinique, il faut selon lui, conserver l'outil, le label UAG, et donner aux pôles régionaux « plus de cohérence, plus de légitimité et de moyens de fonctionner », tout comme l'Université des West Indies (UWI) fonctionne au sein de la fédération des pôles de Jamaïque (Mona), de Trinidad (St-Augustine) et Barbade (Cave Hill Campus).

Parmi les cinq objectifs que se fixe l'UAG, nous notons également la volonté de créer un « véritable » réseau d'étudiants, pour garder un lien avec les étudiants formés. L'institution avait en effet accueilli dans ses murs en avril 2010 les premiers entretiens de l'excellence qui pourraient servir de levier à cette ambition. Nous nous souvenons également des Universités de Juillet, qui permettaient aux chercheurs de la région d'échanger sur leurs recherches. Cet événement qui nous semble essentiel pour maintenir et encourager les relations entre étudiants de la région se serait interrompu après la 7° édition en 2005.

Sur la question de la recherche, si cette dernière en France souffre de crédits réduits ses dernières années (les chercheurs regardent avec envie les Etats-Unis), Pascal Saffache envisage que l'UAG « devienne le principal producteur de savoirs, lieu de collecte et d'échanges de la Caraïbe et de l'Amazonie, notamment grâce au développement de la visibilité et à la reconnaissance de la recherche » avec un budget de  3,2 millions d'euros pour les quatre ans à venir qu'il est estime insuffisant malgré une légère hausse.


Concernant ses accords de partenariat dans la région, à notre connaissance, l'UAG travaille dans la partie anglophone depuis plusieurs années avec le Campus de Mona et dans la partie hispanophone, elle vient d'inaugurer ce mois-ci une série de formations des cadres diplomatiques et acteurs de la coopération caribéenne avec la fondation Funglode du président de la République dominicaine et avec l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC).

De plus, l'UAG est membre de la Conférence régionale des recteurs, présidents et directeurs d’institutions dans la Caraïbe (CORPUCA) qui depuis sa création en 2001 définit les priorités de la coopération, et se consacre à identifier et à mettre en place des formations régionales d’excellence au sein de ses établissements.

Sur les questions culturelles qui nous tiennent à coeur, l'UAG propose plusieurs formations qui sont résumées dans le Guide de la Caraïbe culturelle 2010 (fiche 340) et anime une vie culturelle au sein de l'institution mais aussi en lien avec l'extérieur par le biais de sa « Mission culture » animée notamment par Thierry Césaire et Evelyne Saha.

 

> Lire aussi l'article de France Antilles Guadeloupe du 29/09/2010 : L'université Antilles-Guyane vise la première place.

> Le programme France-Caraïbe, formation intégrée franco-jamaïcaine en cinq ans débouchant sur le diplôme de Sciences Po Bordeaux et sur un master conjoint IEP-UWI-UAG Études politiques et coopération internationale.

Share