Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

Edito 393 : Concertation, cohérence et efficacité, trois nouveaux mots « tendance »

Après mutualiser et fédérer, voilà trois nouveaux concepts proposés par une des institutions qui mettent en place des politiques de développement dans les territoires français. Ces trois nouvelles directions proposées s'adressent donc aux services de l’Etat, aux collectivités et aux privés qui cohabitent dans le secteur culturel.

D'ailleurs, il ne tient qu’aux acteurs culturels de s’en inspirer, s’ils le souhaitent, pour penser leur avenir, notre avenir. Quelque chose nous laisse croire, espérer que le tout commence à s’ébranler à l’aune des projets qui perdurent ou se montent comme le Bureau Export Caraïbe en Martinique, le Pôle des industries culturelles de la Guadeloupe (Arteco), le centre de ressources pour le spectacle vivant piloté par Textes en paroles, Fokal, le Réseau Culture Haïti, Solidar'IT, l'encyclopédie virtuelle de la Caraïbe Encaribe ou encore les rencontres professionnelles d’ÎlOJazz.

Même si les sceptiques pensent qu’ils ne verront pas des actions concertées dans la Caraïbe de leur vivant, pour citer Maryse Condé, l’échec [ou son sentiment] ne doivent ralentir ou interdire l’action. Au contraire »
En version Caraïbe hispanohablante, Antonio Machado dirait « Caminante, no hay camino, se hace camino el andar »
La vida nos da sorpresa et c'est au tour de la Commission européenne de nous surprendre avec la mise en place officiellement en 2011 de l’année du volontariat (EYV) sous le slogan « Changez les choses : devenez bénévole ! ». La démarche peut interroger à l’heure où les stages en entreprise ou dans une association connaissent des conditions plus restrictives suite à un décret datant du 26 août 2010. Là aussi, une plongée dans les textes de ce projet vaut la peine pour y trouver matière à créativité et «compèrelapinisation» au bon sens du terme. Cette année devrait notamment permettre d'examiner les blocages juridiques excessifs et promouvoir le volontariat au niveau international. La région Guadeloupe étudie d’ailleurs la question pour la décliner à l’échelle Caraïbe aux côtés d’une Union européenne qui reconnaît « l’importance du volontariat comme créateur d’une société plus démocratique, plus bienveillante et plus responsable. »

Bien sûr, la société d’aujourd’hui ne se limite pas aux bords de mer de nos territoires ou au périphériques de nos grandes villes et les valeurs qui animent beaucoup d’entre nous ne se résument pas seulement aux valeurs marchandes. Prenons au hasard ... la fraternité. C’est bien de cela qu’il s’agit pour qualifier les actions des acteurs qui évoluent dans l’ombre des coups d’éclats médiatiques mais dont la qualité, le sérieux et la persévérance pourront contribuer à soutenir Haïti dans les nouveaux défis qu’un certain 12-janvier leur a imposé.

France Culture a admirablement délocalisé son antenne à Port-au-Prince le 26 novembre passé, pour écouter Haïti mais aussi « entendre, apprendre et tenter de comprendre le pays » précise-t-elle à la veille du scrutin présidentiel, après le passage du cyclone Tomas et un mois après le démarrage de la tragique épidémie de choléra.  Ce fut une journée mémorable dont on peut ré-écouter des parties en podcast en naviguant sur le site de la radio publique.

Autre radio publique désormais accessible aussi depuis quelque endroit de la planète grâce au numérique : RFO (devenu Martinique première et Guadeloupe première) qui était à cette période tout au lancement de la Télévision numérique terrestre (TNT) dont les aspects techniques ont été déclinés sous tous les angles sur les antennes. Nous attendons bien sûr le nan-nan, ce qui va remplir les programmes des télés locales sommées de produire plus de programmes locaux. Faudra-t-il trancher entre qualité et quantité ? Les nouvelles télés nous donneront-t-elles faim de mieux savoir  ou lui demanderons-nous de nous koré ? Au passage, on peut reprocher au nouveau site de la 1ère de ne plus proposer les archives des journaux radio à écouter en ligne, un maigre effort d’archivage de l'info déjà sabré. « Ainsi va la presse aujourd’hui »  concluerait un journaliste de la chaîne. Enfin une certaine.

Karole Gizolme

Recevoir la lettre Ici et Là-bas de Gens de la Caraïbe.

 

*koré pourrait se traduire par gaver, rassasier, mais à un échelon encore plus haut.
 

Share