Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

On a lu (depuis Berlin) : Art Public _une collection d’art contemporain en Guadeloupe

Quand Karole Gizolme m’a mis entre les mains cet ouvrage Art Public - Une collection d’art contemporain en Guadeloupe publié en décembre 2010 par l’éditeur Skira Flammarion, j’étais étonnée.  Cela tombait juste à l’instant où j’avais des projets moi-même de me rendre aux Antilles. Jusque-là, en attitude typique eurocentrique, j’avais une idée très diffuse sur l’art des « dom-tom », l’imaginant plutôt figuratif-pittoresque, « primitif » dans le sens de Picasso. Et voilà, j’ai découvert un univers nouveau, frappant, et présenté de manière exquise et réfléchie. Avec sa couverture rigide, en noir élégant, ornée de quelques accents jaunes et blancs, ce livre fait belle place sur le « coffee table »  du salon. Il contient 176 pages tout en couleur sur papier glacé épais, avec reliure cousue et collée.


Pourquoi cet ouvrage ? En 2002, répondant à un manque évident de lieux d’expositions et de promotions des artistes guadeloupéens, l’artiste Michel Rovelas et le préfet de région Jean-François Carenco fondent l’association « Art Public » afin de créer un fonds d’art contemporain guadeloupéen.
Ce livre est le premier d’une collection qui sera en charge de former une plateforme et un inventaire sélectif pour l’art en Guadeloupe – en vue d’un musée futur. Le fait que les textes soient présentés en trois langues (français, anglais et espagnol) facilite cet objectif certainement.

Les auteurs ont eu l’astuce de ne présenter que seize artistes, en leur laissant ample espace pour présenter leur  approche, montrant leur travail actuel, jusqu'à 2009. On y trouve surtout de la peinture pour la plupart abstraite et des photographies en noir et blanc – et aussi un artiste qui présente des sculptures et des objets poétiques, quasi ethnographiques : Ano (Eddy Firmin*).
Parfois on croit discerner des gestes qui ont tendance à refléter un peu ce qui se passait en France dans le surréalisme ou pendant la période de « l’art informel » : des frottages, des grattages, des collages. Cela rappelle que les Antilles font partie de la France depuis le 17e siècle. Les positions artistiques présentées ici démontrent une ferme volonté d’occuper une position unique entre les racines africaines et la culture européenne – une synthèse mise en question en permanence, d’où cet art retire sa force !

Il y a des vraies découvertes à faire. Parmi d’autres Jean-Marc Hunt qui crée des dessins très lyriques, les figures s’évaporant dans les formes et couleurs.

Mais il faut dire que ce sont surtout les photographies qui m’ont frappées : Léa de St. Julien* avec ses portraits suggestifs et Jean-Francois Manicom* dont les études en noir et blanc avec leur approche presque peinturesque étonnent. Le plus original est Daniel Goudrouffe* qui choisit un angle toujours encadré de portes ou de fenêtres, créant ainsi des études sur l’espace même en guise de portraits pris au fameux moment décisif.

Les reproductions pleine page en grand format, parfois avec détails agrandis, aident à l’introduction dans les points de vue artistiques variés.  Cependant, on aurait peut-être préféré que le « artist statement » individuel soit un peu plus défini.

Ceci dit, ce qui unit toutes les œuvres présentées est un « élan vital », une force expressive qu’on ressent à travers les pages et qui invite à voir et à sentir cet univers artistique en vrai !

Alexandra von Stosch, Berlin
mars 2011

Art public - Une collection d’art contemporain en Guadeloupe, Skira Flammarion, Paris, 2010, 176 pages, français, anglais, espagnol. 35 euros TTC
L'ouvrage sera présenté au Salon du livre de Paris 2011 le dimanche 20 mars – Stand H 23 de 11h à 12h : Rencontre avec Léa de Saint-Julien*, Alain Salevor et Cécile Godefroy, animée par Ayelevi Novivor.

Artistes présentés dans l'ouvrage : Thierry Alet, Ano, Chad, Léa de Saint-Juline, Hebert Edau, Daniel Goudrouffe, Jean-Marc Hunt, Thierry Lima, Marie-José Limouza, Jean-François Manicom, Antoine Nabajoth, Nankin, Bruno Pédurand, Marielle Plaisir, Alain Salevor, Stonko Lewest.



Alexandra von Stosch est historienne d’art et vit à Berlin. Avant d’enseigner à la Humboldt-Université à Berlin, elle était directeur artistique à l’agence Art Public Contemporain à Paris et commissaire de plusieurs expositions sur le territoire français. Elle est l'auteur de publications diverses sur l’art contemporain (notamment sur Stanley Kubrick, Ed Ruscha, Anish Kapoor). A Berlin, elle fut aussi co-fondatrice de l'initiative Contemporary Arts Alliance (CAA) Berlin, responsable du programme culturel CAA Academy (rencontres avec des artistes, accès privilégié aux concerts, piéces de théatre, expositions etc.)

Alexandra von Stosch parle allemand, francais, anglais, italien.

(*) est cité dans le Guide de la Caraïbe culturelle 2010

Share