Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

Lyonel Trouillot signe « La belle amour humaine » chez Actes Sud

Lyonel Trouillot écrit depuis son retour en Haïti après la chute des Duvalier. L'auteur compte parmi les intellectuels qui s'engagent pour leur pays. Jour et nuit. Soit en réalisant des projets pédagogiques et culturels, soit avec des mots, pour dire le pays, témoigner, éveiller les consciences.

Accompagné d'un bâton, qu'il utilise pour pratiquer un combat traditionnel haïtien seul ou à deux, il habite aussi bien Port-au-Prince que les studios de radio, de télé, les salons littéraires. Soupesant (sans en avoir l'air) les propos qu'il tient, il répète à l'envi que celui qui veut (sincèrement) aider Haïti devrait d'abord écouter les gens qui y vivent.

Une des manières de le faire est notamment de lire ces écrivains, incarnant officieusement la voix de ceux qui n'ont pas de voix, dirait Aimé Césaire.

Lyonel Trouillot dans son dernier ouvrage  « La belle amour humaine » (Actes Sud) qu'Ayelevi Novivor a lu, «  explore les relations tronquées des nantis face aux indigents entretenues par cette pauvreté inique dont l’une des facettes repose sur un tourisme voyeur, boulimique, plein de concupiscence mêlée de perversité tolérée servant probablement à rafistoler des âmes décomposées. »

Le sport préféré de L. Trouillot après le bâton reste la poésie. Mais c'est le roman qui aujourd'hui touche le plus grand nombre de lecteurs. Qu'à cela ne tienne, Lyonel Trouillot signe ici un roman nominé pour le Goncourt 2011, fameux prix littéraire français.

 

Lire la note de lecture d'Ayelevi Novivor  sur le site du Collectif 2004 Images

Share