Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

JE SOUTIENS GENS DE LA CARAIBE !

Sélection de 11 romans à lire par Ayelevi Novivor

2010-ayelevi-novivorAyelevi Novivor vous propose onze de ses coups de cœur sur des romans parus entre 2005 et 2011, rédigés entre autres par des plumes haïtiennes, togolaise, trinidadienne ou encore chinoise : Yasmina Kadhra (Algérie), Kettly Mars (Haïti), Lyonel Trouillot (Haïti), Théo Ananissoh (Togo), Mo Yan (Chine), Juliéna Mont-Erarg Alidor (Guadeloupe), Catherine Cusset (France), Carole Martinez (française d’origine espagnole), Neil Bissoondath (canadien né à Trinidad et Tobago), Jean-Marc Rosier (Martinique), Marvin Victor (Haïti).


Yasmina Kadhra, L’olympe des infortunes, Paris, Julliard,  2010, 232p.  Portraits d’hommes et de femmes aux vies brisées qui cuvent leur existence de reclus sur un terrain vague.  L’indigence extrême dicte ses propres lois, détruit les rêves, annihile le temps.  Écriture sublime de cet écrivain algérien qui réussit à capturer la dimension humaine de ceux qui sont en marge.

Kettly Mars, Saisons sauvages, Paris, Mercure de France, 2010, 297p. Pendant les heures sombres de la dictature de Duvalier père en Haïti, Nirvah Leroy une épouse et mère de famille fait l’objet d’un chantage vicieux de la part d’un secrétaire d’État. Ce n’est pas un hasard si l’homme puissant qui a jeté son dévolu sur la jeune femme, détient également le sort de son mari emprisonné entre ses mains. D’une finesse psychologique indéniable, ce roman plonge au cœur de l’intimité d’une femme et de ses choix cornéliens.

Théo Ananissoh, Ténèbres à Midi, Paris, Gallimard, Continents noirs, 2010, 144p. Le romancier togolais nous propose une fiction efficace d’un grand réalisme sur les morsures de la dictature. De retour dans son pays natal après plusieurs années d’absence, le protagoniste, un écrivain émigré en Allemagne ne peut que constater les brèches à travers l’observation attentive d’un conseiller du président. Symptomatique de la force d’aspiration de la dictature, son poison s’insinue dans la sphère privée d’un homme puissant pour mettre à nu une âme en lambeaux.

Mo Yan, La dure loi du Karma, Paris, Seuil, 2009, 768p. L’ère du communisme a sonné avec la révolution chinoise. Mais, pour ceux qui comme le propriétaire terrien Ximen Nao s’y sont opposés, la mort les a fauchés. En réalité, une mort différée et transformée en sentence sous la forme de plusieurs réincarnations animales pour feu Ximen Nao. Son entêtement et sa résistance séculaires sont le lien ténu qui subsistera au cours de ses nouvelles existences à travers lesquelles il suivra de près la vie de ses proches. Véritable trublion, l’humour caustique et la verve de cet auteur se déploient dans cette fresque pleine de suspense.

Juliéna Mont-Erarg Alidor, La veuve noire, Paris, La Bruyère, 2005, 200p. Une famille guadeloupéenne tente de juguler tant bien que mal une succession de crises qui se manifestent quasiment dans tous les interstices de leur vie. Le bout du tunnel semble bien loin. Un formidable roman où l’amour d’un couple et sa solidité dans l’épreuve brillent comme une pépite d’or qui irradie au-delà de cette trame narrative robuste la littérature guadeloupéenne.

Catherine Cusset, Un brillant avenir, Paris, Gallimard, 2008, 369p. En Roumanie, une jeune femme tombe amoureuse d’un juif mais les parents d’Elena rejettent catégoriquement cette relation. Après maintes péripéties, Elena devenue Helen en émigrant aux États-Unis, réalise son rêve de vivre avec l’homme de sa vie, mais c’est sans compter la maladie dégénérative de son mari, et les choix de vie de son fils qu’elle n’avalise pas. Un roman rétrospectif qui sonde un passé plein de promesses alors que le présent met en lumière les faiblesses d’une mère possessive.

Carole Martinez, Le cœur cousu, Paris, Gallimard, 2007, 430p.  Dans une Espagne en guerre au cœur de l’Andalousie du 19e siècle, Frasquita, une jeune femme dotée de dons surnaturels est pourchassée et contrainte à l’errance. Depuis des générations, une boîte contenant des prières secrètes se transmet de mère en fille. Frasquita en hérite, et fait profiter clandestinement ses dons au gré des rencontres. Dans toute sa splendeur, ce don prodigue un souffle de vie à ses coutures et broderies. Cette fable captivante est littéralement cousue de fil en fil.

Jean-Marc Rosier, Noirs Néons, Paris, Alphée, 2008, 280p. (4e de couverture) Jonas Margérant, journaliste indépendant, fait un reportage sur les noctambules, qu'il assimile symboliquement aux néons de la ville. Ricardo, un dealer, est son guide dans les bas-fonds urbains martiniquais. Jonas s'enfonce dans une périlleuse introspection jusqu'à ce qu'il soit témoin d'un double meurtre.

Lyonel Trouillot, Yanvalou pour Charlie, Arles, Actes Sud, 2009, 176p. Mathurin D. Saint-Fort, un avocat talentueux cynique et imbu de sa personne est rattrapé par ses origines campagnardes modestes qu’il a tentées de masquer à Port-au-Prince. Lorsqu’un garçon des rues volubile prénommé Charlie provenant du même village que lui, le sollicite à son cabinet, sa vie bascule et son identité d’autrefois Dieutor reprend le dessus, trahissant par là même ses origines paysannes.

Neil Bissoondath, Cartes postales de l’enfer, Paris, Phébus, 2009, 248p. Neil Bissoondath livre une intrigue sur les faux-semblants et les secrets d’un héros particulièrement troublant. Alec est un décorateur d’intérieur qui se fait passer pour un homosexuel et brouille d’autres éléments de son identité afin d’attirer et fidéliser une clientèle aisée. Sa rencontre avec Sumintra, une indo-canadienne révèle les limites des mensonges s’amoncelant de part et d’autre. Roman d’une grande densité bien ficelé.

Marvin Victor, Corps mêlés, Paris, Gallimard, 2011, 250p. (extrait 4e de couverture) La narratrice, Ursulla Fanon, est une Haïtienne de 45 ans. Elle raconte sa vie dans le village de La Baie-de-Henne. Le récit commence par l'accouchement difficile de sa mère, entourée de pauvres hères plus ou moins alcooliques qui constituent sa famille. Ursulla grandit dans la pauvreté et la saleté dont elle portera à jamais l'odeur. Elle rencontre un jour Simon Madère, comme elle issu d'un milieu fruste et violent. Il deviendra photographe, et elle le retrouvera plus tard à Port-au-Prince, alors qu'elle est devenue mère d'une jeune fille destinée à devenir prostituée.

 

Share