Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

JE SOUTIENS GENS DE LA CARAIBE !

Edito 401 - semaine 36 - Les temps changent ...

2010-carte-caraibe-guideLes temps changent, doucement mais sûrement ou la Martinique et Guadeloupe dans le lakou karibyen

    Les caribéanistes rêvent depuis une éternité d'une Caraïbe qui à nouveau, comme à l'époque des Amérindiens se parle, échange, se connaît mieux voire se conquiert.

    Près de 5 siècles et des poussières rythmés par une histoire faite de crimes mais aussi de résistances et de renaissances sont passés par là. Et nous voilà  à entamer doucement des changements de discours, où les anciennes « métropoles » deviennent « partenaires ». Cette relation présentée sous la forme d'un partenariat est « fondée sur le respect mutuel, et sur le respect de nos identités, donc de nos différences » précisait Serge Letchimy, président de région autonomiste dans son discours au Salvador, ce 31 août 2012 pour la conférence du CEPALC - Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes.

    À la suite de ce discours mais aussi de la négociation avec la France pour obtenir ce « droit »  de participer pleinement à des politiques de développement régionales, sud-sud, la Martinique et la Guadeloupe ont bel et bien été admises comme entité à part entière (aux côtés de la France) à siéger à la CEPALC, dont le siège régional se trouve à Trinidad.

    Des démarches sont également en cours pour l'intégration dans l'OECO –organisation des états de la caraïbe occidentale (ou OECS, dit à l'anglaise), la CARICOM, en encore le CARIFORUM. Même si ces institutions qui comprennent plus de 15 pays en moyenne de la région font l'objet de nombreuses critiques concernant leur manque de dynamisme et leur défaut communication, en faire partie rassure toujours les Martiniquais et Guadeloupéens et devrait tout de même faciliter les échanges, au moins entre institutions. « Être in », vécu comme un moment historique par la Martinique n'est peut-être pas un but en soi mais « mener à terme des projets dans la région dans une relation gagnant-gagnant » en est un.

Et la culture ?

 Aux questions économiques et de protection de l'environnement, le président de la région Martinique, souhaitait devant ses hôtes de Salvador ajouter celles de la culture, de l'éducation.

Gens de la Caraïbe s'en réjouit bien sûr et se sent confortée dans ses différentes actions passées, actuelles et à venir visant à soutenir la circulation d'informations culturelles professionnelles dans la région caribéenne.

Ainsi, les actions en préparation de Gens de la Caraïbe-Guadeloupe s'adressent aux professionnels de la culture du bassin caribéen. Elles se conjuguent depuis la Guadeloupe avec nos partenaires en Guyane, Haiti, Martinique, Trinidad et répondent au nom de code Kamacuka pour « carrefour du marché culturel caribéen ».

Mais, ce projet nécessite la mobilisation des professionnels engagés pour le développement régional de notre Caraïbe.

C'est pourquoi, nous comptons sur vous.

Adelante.


Karole Gizolme et le bureau élargi de Gens de la Caraïbe

 

 

 graphique © extrait du Guide de la Caraïbe culturelle 2010 paru chez Vents d'ailleurs. Introduction du chapitre Amériques et autres îles de la Caraïbe.

 

Share