Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

JE SOUTIENS GENS DE LA CARAIBE !

Pour faire avancer les arts plastiques (en Guadeloupe)

Après la conférence régionale sur le spectacle vivant organisée par la DAC (direction des affaires culturelles) en novembre 2010, cette institution en liaison avec les collectivités territoriales a invité à nouveau les artistes guadeloupéens autour des premiers entretiens régionaux des arts plastiques en Guadeloupe qui ont eu lieu les 5, 12 et 16 octobre 2012 à l’échelle nationale.

 

Le but étant de dégager les thèmes prioritaires de la politique ministérielle en faveur des arts plastiques et mieux apprécier les initiatives spécifiques adaptées au contexte guadeloupéen en terme de dispositifs, de programmes ou d'actions (ex. structures ressources, acquisition publique des oeuvres, renforcement de la commande publique, valorisation du 1% artistique, aménagement et équipement des ateliers, etc.).


Les artistes qui ont répondu à ces rendez-vous ont pu débattre autour de trois thématiques proposées et présentées par des professionnels :


-          Création, production et diffusion
-          Éducation artistique, enseignement initial et supérieur, professionnalisation
-          Ressources (promotion, accompagnement, édition, communication…)



Un compte-rendu de ces ateliers sera mis en ligne sur le site de la DAC à partir de novembre 2012.


Pour l’heure, trois préoccupations semblent refaire surface. Les artistes convergent sur la nécessité d’une communication plus efficace et ciblée tant en matière d’informations portant sur les appels d’offre, que sur les actions en cours menées par les institutions ou porteurs de projets.


D’autre part, l’insuffisance des lieux de création ou de leur exploitation (ateliers, résidences), comme de diffusion (musées, galeries, salons) soulevée par plusieurs participants semble limiter le potentiel de l’art en Guadeloupe.

Enfin, la professionnalisation des artistes impliquant qu’ils tirent la majorité de leurs revenus de leur art, revêt une dimension quasi-inédite en Guadeloupe.

Du compromis aux compromissions notamment face à l’opportunité que pourrait représenter le tourisme, quelle position adopter ? Se fédérer ? Créer des liens plus solides avec la Martinique voisine ?

Tels sont une partie des enjeux identifiés lors de ces entretiens en attente de réponse. Pour autant, la morosité ne prédomine pas chez les artistes conscients des terres qu’ils restent à déchiffrer pour que créativité et talent s’expriment dans des projets ambitieux ou pérennes.

Les canaux de communication gagneraient à être fluidifiés. L’un des prochains défis visera entre autres choses, à dissiper le sentiment de frustration ou de marginalisation du côté des artistes.


Autres liens :

 

 

 

Share