Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

Édito 404 : De la nécessité d’un tissu associatif dynamique…

Nous voici parvenus au terme de cette année 2012 où morosité économique, chômage,  précarité,  manque de perspective ont pu gagner les foyers et toucher directement ou indirectement bon nombre de personnes. Face à cela, le tissu associatif s’érige en pierre angulaire et figure de proue d’une société qui sans lui, vacillerait probablement. C’est un formidable vivier de bonne volonté, de dynamisme, de créativité, de solidarité souvent peu médiatisé alors même que l’on y trouve un rempart contre la marginalisation, la solitude, l’exclusion et la perte de repères.

En Guadeloupe où une grande partie de la population est soit membre d’une association, soit sympathisante, on mesure d’autant plus son importance qu’elle structure en profondeur et façonne les mailles de ce territoire. Autrement dit, l’arborescence d’associations impulsent souvent des actions, manifestations, visions qui participent directement à rendre actif et productif ces milliers de personnes soucieuses d’apporter leur pierre à cet édifice, bâtisse grâce à leur imagination et leur originalité.



En cette fin d’année, nous souhaitons rendre hommage à toutes ces petites mains, exemples d’abnégation, de mansuétude et d’altruisme, lesquelles consacrent une partie de leur vie, à faire, fabriquer, informer, former, accompagner, soutenir…

Nous voulons mettre la lumière sur cette charpente solide de la société et la valoriser car nous croyons résolument que les germes de la cohésion sont plantés là, que ces derniers s’enracinent subrepticement et qu’ils ont déjà consolidé des tiges.

Aujourd’hui très peu de professionnels de la culture et d’artistes vivent de leurs seules activités artistiques. C’est une réalité. Mais leur volontarisme, leur engagement et quelques projets associatifs et institutionnels laissent entrevoir la création d’un milieu plus structuré, organisé, averti des réalités du secteur culturel. 


Toutefois, il importe de prioriser le vivre ensemble, la circulation et confrontation des idées, des approches, avec une attention particulière portée à la coordination, au respect si estimable des uns et des autres sur un territoire exigu. Ne les perdons pas de vue car ces infimes instruments de bienséance facilitent les échanges, sont à la genèse de projets ambitieux ou de belles amitiés artistiques au service de la culture. Feu-Aimé Césaire dont nous célébrerons le centenaire de la naissance en 2013 nous laisse méditer sur sa vision de la culture laquelle rend la vie vivable.


Sur ce, nous vous souhaitons à tous de joyeuses fêtes de fin d’année et de paix retrouvée !

Ayelevi Novivor et Karole Gizolme


Photo : réunion multilingue de membres de la société civile de plusieurs pays de la Caraïbe, Cardicis, 2010, République dominicaine

 

 

 

Share