Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

Notes de lecture de GdC

On a lu : « L’homme pas Dieu » de Frankito - critique d'une lycéenne


De prime abord, le titre du roman de Frank Salin dit Frankito a été pour moi le premier  élément que j’ai apprécié. L’Homme pas Dieu est une expression venue du père du personnage narrateur qui mérite réflexion. Il semble, en effet, tellement polysémique !  Il peut signifier au gré de son humeur, l’homme face à des épreuves de la vie gardant, malgré tout, la tête haute ou l’homme affrontant des difficultés en essayant d’atteindre des buts sans y parvenir…



D’autre part, l’histoire, en elle-même, captive : Albert Gouti, professeur de Physique-chimie au lycée de Pointe-à-Pitre est un homme à femmes, hédoniste, profitant des plaisirs de la vie. Il est arrêté un lundi matin par la police qui l’accuse de trois meurtres, dont celui de deux anciennes maîtresses… Et c’est l’occasion pour l’auteur de véhiculer des clichés à propos de l’homme du 21ème siècle : fainéantise, fanfaronnade, don-juanisme, matérialisme et lâcheté…

Enfin, le narrateur aborde de front, sans outrances, ni mensonges, la réalité de ce « don juan tropical ». Avec en sus, de l’humour (on y rit de bon cœur !) et une grande diversité de situations.

Cependant, l’œuvre quoique bien contée ne m’a pas gardé en haleine jusqu’à la fin. Certains épisodes semblaient superflus. Par exemple, l’histoire de J.B., les longs passages sur le racisme, le parcours du père d’Albert Gouti et le récit de Fritzner…

Et le dénouement ? Il m’est resté en travers de la gorge : donner la mort au personnage principal me paraît une solution de facilité pour une histoire aussi attrayante et aussi dramatique. On sait bien (et l’auteur le sait mieux que quiconque) que plus les événements relèvent de l’exploit et moins le  lecteur s’ennuie.

Il est sûr que Frankito ne pouvait nous gratifier de « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. » ou  faire triompher le Bien sur le Mal. Néanmoins, la fin laisse sur sa faim ; ce rendez-vous avec Saint-Michel déconcerte.
Malgré tout, l’Homme pas Dieu est un roman qui mérite attention car l’œuvre se présente comme une réflexion plurielle sur une société en souffrance, la société guadeloupéenne d’aujourd’hui avec un personnage singulier, Albert Gouti, aux prises avec ses vieux démons.


 Cantinol Maéva, 2nde Bac Pro, LPO de Sainte-Marie.

L’homme pas Dieu de Frankito, éditions Écriture, 2012
lauréat du 13ème prix Carbet des lycéens


 

Share