Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

JE SOUTIENS GENS DE LA CARAIBE !

On a vu : Symposium Théâtre Caraïbe (par Eliane Mackintosh)

Symposium Théâtre Caraïbe – Le Répertoire – 9 novembre 2013
Auditorium du Petit Palais Avenue Winston-Churchill – 75008 Paris

J’ai eu le plaisir et privilège d’assister à cette rencontre historique concernant le théâtre contemporain de la Caraïbe. Ce premier symposium européen consacré au théâtre de la Caraïbe sous la présidence de Monsieur Victorin Lurel, Ministre des Outre-Mer et en présence de Monsieur Xavier North, Délégué général à la langue française et aux langues de France au Ministère de la Culture et de la Communication se déroula le 9 novembre dernier au Petit Palais.


Jean-Michel Martial, directeur-fondateur de la compagnie de théâtre ‘L’Autre Souffle’, fut l’initiateur de la rencontre, en collaboration avec ses collègues du monde théâtral dans l’ensemble de la Caraïbe, et  Alvina Ruprecht professeur de théâtre à l’université d’Ottawa et éditrice de l’ouvrage ‘Les Théâtres Francophones et Créolophones de la Caraïbe Haïti, Guadeloupe, Guyane, Martinique, Sainte-Lucie’ (L’Harmattan, 2003 ISBN :2-7475-3803-6).
Le Gotha de la dramaturgie caribéenne figurait sur la liste des invités y compris, par ordre alphabétique : Daniel Boukman (Martinique) ; Alwin Bully (Dominica); Ina et Michèle Césaire (Martinique) ; Maryse Condé (Guadeloupe) ; Gerty Dambury (Guadeloupe) ; Reynaldo Disla (Republica Dominicana) ; Rawle Gibbons (Trinidad) ; Jose Jernidier (Guadeloupe) ; Julius Amédée Laou (Martinique) ; Jean Metellus (Haiti) ; Jean Small (Jamaique) ; Simone Schwartz-Bart (Guadeloupe) ; Elie Stephenson (Guyane) ; Jose Triana (Cuba).

La plupart d’entre eux montèrent sur scène pour nous révéler des aspects de leur œuvre – excepté les absents telles Mesdames Césaire et Simone Schwartz-Bart dont les contributions furent transmises par des porte-paroles. Ainsi l’actrice Mariann Mathéus, déclama le texte de Schwartz-Bart envoyé expressément pour l’occasion et, avec d’autres acteurs, interpréta des extraits de sa pièce, Ton Beau Capitaine, et de celle de Condé, « An tan Revolysion »

D’autres intervenants complétèrent la riche trame, y compris Gilbert Laumord (Guadeloupe) qui parla de Maria Antonia (Théâtre et rituels de la Santeria) ; le Néerlandais Michael Reckord de Odale’s choice (de Edward Kamau Brathwaite d’après Antigone de Sophocle) et Guy Régis Junior (Haiti) d’Antigone de Felika Moriso-Lewa.

Jean Small évoqua avec verve le succès populaire en Jamaïque des 8 femmes de ménage, analphabètes mais talentueuses, qui dans la tradition orale caribéenne exploitèrent brillamment les chants, commérages et caractères typiques, dans leurs pièces dont la première,  « Bellywomen Bangarang » montée en 1978, occupe une place iconique dans la culture nationale. N’oublions certes pas la présentation, en fin de journée, de Lucia Nankoe, professeur à l’institut Voor Media Hogeschool à Utrecht qui récita avec passion, sans traduction, à un public surpris et attentif, un passage de « Ton Beau Capitaine » en néerlandais.

Et cette intervention nous mène au cœur même du grand projet lancé à cette occasion par Jean-Michel Martial bénéficiant de l’accolade et du patronage gouvernemental, d’où la présidence du Ministre des Outre-Mer et la présence du Délégué général à la langue française et aux langues de France Au Ministère de la Culture et de la Communication.

Le projet Martial propose de briser – en partie - les murailles culturelles, hissées par ‘notre histoire fracassée’ séparant  Caribéens, avec son Répertoire multilingue des œuvres théâtrales emblématiques. Les 34 pièces choisies pour la première édition, seront disponibles en français, créole, anglais et espagnol, dans un avenir proche.

La palette de langues exclut, pour le moment, le néerlandais, d’où l’intervention dramatique de Nankoe.
Bien entendu, à part les ‘cognoscenti’,  le symposium attira aussi des aficionados assoiffés de culture caribéenne, groupe auquel j’appartiens, visiblement enthousiasmé par ‘La rencontre’ et les diseurs de contes à ‘une cour qui ne dort pas’.

Je conclus en souhaitant qu’une décennie ne s’écoule pas avant le prochain Symposium.
Pour tous renseignements supplémentaires, tels la liste d’ouvrages choisis et le programme d’Autre Souffle, visitez le site officiel de la compagnie : www.compagnie-lautresouffle.com
dont la devise est, d’après Jean-Michel Martial :
Il  est question d’ensemencer le monde du meilleur des mots, du son, du rythme, des langues et des histoires qui voyagent en l’Homme Caraïbe. Son maitre mot : « La rencontre »

Eliane Mackintosh, Art Historian (AICA/SC)

> Lire également un article sur le thème de la rencontre sur AICA SUD

Eliane Mackintosh, historienne de l'art, vit et travaille en Angleterre et est membre de plusieurs associations culturelles, notamment Gens de la Caraïbe.

Share