Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

A LA UNE

Londres - The Royal Academy (RA) : Searching for Connection

RA royal academyMerci à Eliane Mackintosh  pour l'envoi de cet article sur la prestigieuse galerie d'art londonienne témoin du passé et ouverte sur l'avenir. Durant ce mois de mai chargé en événements de réfléxions/commémorations, cet article est à-propos.

 

Par Eliane Mackintosh
Dans la foule diverse de galeries d’art et de musées à Londres, la Royal Academy of Arts (RA), Burlington House, Piccadilly, London, occupe une place privilégiée, pour les ‘Art lovers’ britanniques, et ceux d’Ailleurs, de par l’idéologie inclusive qui a dominé son histoire et sa contemporanéité, depuis sa fondation en 1768 jusqu'à nos jours. Bien entendu, sa palette d’activités comprend les expositions classiques, individuelles ou à thèmes, de Maîtres d’hier ou d’aujourd’hui - par exemple David Hockney (RA : Royal Academician) Anish Kapoor (Honorable RA : Hon RA), et Anselm Kiefer (Hon RA). En automne 2015, Ai Weiwei (Hon RA) l’artiste chinois, iconoclaste visionnaire et politique, est l’invité d’honneur. Début 2015,  l’exposition Rubens and His Legacy, Van Dyck to Cézanne, démontrait l’influence profonde du maître flamand du 17ème siècle sur ses successeurs jusqu’à nos jours.


Néanmoins, la ‘Summer Exhibition’ qui se déroule chaque été depuis 1769 – la 247ème, du 8 juin au 6 août 2015 -  est l’illustration la plus emblématique de sa raison d’être. 
Ce bref tour d’horizon, sous l’égide ‘Searching for Connection’ « A la Recherche de la Relation », relie en faufilé des échantillons glanés au cours des siècles, années, medias, artistes et œuvres d’art, pour former un collage artistique mixant l’historique et le moderne.

La Royal Academy a été fondée en 1768 quand George III, qui étudia l’architecture, signa le mémorandum que lui présentèrent 22 artistes dans le but de faire voir l’art Britannique qui, à cette époque, était peu connu et reconnu.

Il s’agissait donc :
•    De faire connaître la production artistique anglaise peu appréciée, vue l’emprise, au 18ème siècle des maîtres italiens et français sur le monde de l’art.
•    De faire voir cette production nationale, mal connue par manque de sites d’exposition publics. La première exhibition eut lieu en 1769.
•    D’encourager la vocation artistique et de former les futures générations d’artistes en établissant la première école d’arts visuels gratuite, ouverte à tous candidats, avec admission basée sur le talent. A ses débuts, le collège d’art compta parmi ses illustres étudiants, William Blake, John Soane, Joseph William Mallord Turner, Dante Gabriel Rossetti, John Everett Millais et autres.

L’époque dite glorieuse qui régna dans la première moitié du 19ème siècle, aujourd’hui légendaire dans l’histoire de la RA, comprend quatre mouvements prestigieux : Peinture historique : West, Turner, les Préraphaélites ; Spencer ; Portraiture de Reynolds, Gainsborough et Lawrence ; Paysages de Wilson, De Loutherbourg, Turner, Constable, Palmer, Sickert and Lowry ; Tableaux d’animaux par Stubbs, Landseer et Munnings ; Peintures de genres : Morland, Wilkie, Frith and Fildes. 

La toile de Turner, Slave Ship aujourd’hui célèbre, inspirée par un acte d’ignominie authentique (le bateau Zong et sa cargaison d’esclaves malades jetés par-dessus bord en 1783 au large de la Barbade), fut un objet de dérision quand elle fut exposée pour la première fois à la Royal Academy en 1840, et retourna invendue au studio de l’artiste.

slave ship J.M.W.Turner RA Tableau : - The Slave Ship, originally entitled Slavers Throwing overboard the Dead and Dying – Typhoon coming on,
J.M. W. Turner RA,


Une représentation de cette tragédie a été aussi réalisée plus de 150 ans plus tard en Martinique, Laurent Valère, dont  l'oeuvre CAP 110  au Diamant, commémore l’acte inhumain d’un autre vaisseau négrier jetant ses esclaves à la mer en 1830 au large de l’Anse Caffard.

Il va de soi que l’argent est essentiel au faire-valoir de l’art. Dès sa fondation, la RA se libérant relativement tôt du mécénat royal qui pourrait s’avérer trop rigide, choisit la route de la liberté, l’autofinancement, le mécénat privé et l’autogestion pour et par les artistes.

•    La Summer Exhibition est sponsorisée par de grandes entreprises, telles Insight Investment qui en 2014 l’assumait pour la neuvième année;

•    La RA a 85,000 ‘Friends of the RA’, membres du public (comme moi), qui paient une contribution d’environ 100 Euros par an; contribution qui ouvre les portes à des activités culturelles multiples (colloques ; vernissage ; rencontres d’artistes..) y compris l’entrée gratuite aux expositions ;

•    Sa collection privée, qui débuta avec le legs de la collection d’un philanthrope Thomas Coram, s’accroit systématiquement car chaque académicien nouvellement élu fait le don d’une œuvre ;

•    Au cours de la Summer Exhibition, la majorité des œuvres exposées – comprenant une composante abordable d’aquarelles, de lithographies, habituellement en éditions numérotées - est à vendre (les prix indiqués sur le catalogue vont d’une centaine de livres sterling à cent mille et plus) et la RA se réserve 30% du montant de chaque vente. Excepté pour les Académiciens et les Friends, l’entrée à l’exposition est payante.

•    Les artistes postulants prennent en charge tous leurs frais et la procédure commence au mois de Mars.

La RA est dirigée par un système d’autogestion avec à sa tête un Président et les 80 académiciens élus par sélection interne, dans les trois disciplines traditionnelles, peinture, sculpture et architecture – qui ensemble couvrent aussi la plupart des catégories de nouveaux medias introduits à l’époque contemporaine.

Ces artistes forment divers comités, se partagent les fonctions, et recrutent des professionnels d’après les besoins de l’organisation.

L’un de ces comités – qui change chaque année - est celui qui sélectionne les artistes et œuvres présentées à la Summer Exhibition. A cette oligarchie artistique s’adresse une masse éclectique de candidats. En effet, à cette ponctuation du calendrier artistique britannique, participent  des artistes, reconnus ou aspirants, figurant à tous niveaux de l’échelle de la renommée, depuis l’étudiant en première année de collège ou l’amateur d’art qui peint son jardin jusqu'aux ‘Celebrities’ (comme Damien Hirst et Anish Kapoor, 8ème et 11ème respectivement dans la liste d’Artprice.com).

Actuellement, environ 70% des œuvres exposées proviennent de non-académiciens. Il s’agit véritablement d’un coup d’œil sur l’art tel qu’il surgit aujourd’hui, partout, selon la devise ‘On n’a pas besoin d’avoir été au collège d’art pour produire quelque chose de merveilleux’. Tous sont soumis aux règles du jeu de la sélection, et leur place dans l’exposition dépend du jugement final (Sanctioning Day) du comité de sélection.

Dans chaque salle, un Académicien est chargé de l’accrochage, de l’emplacement et du vernissage. Un coordonnateur, élu par ses confrères, est chargé de la vue d’ensemble, de la cohérence finale, et de la rédaction de l’édito du catalogue de l’exposition.

Pour toute information concernant la candidature à la Summer Exhibition de 2015, consultez : http://www.royalacademy.org.uk/exhibition/summer-exhibition-2015.

Je conclus en vous conviant à flâner dans la On-line Gallery, pour admirer une sélection d’œuvres, exposées à diverses Summer Exhibition, qui d’après moi symbolisent toutes, de manière unique et plurielle à la fois, l’une des missions fondamentales de l’art : ‘Searching for Connection’, TSIATSIA, titre de l’installation d’El Anatsui (Tableau III). Et ce qu’Edouard Glissant, cité par Patrick Chamoiseau dans son Inexplication, dit du poète, est aussi valide pour l’artiste :
‘Qu’est-ce qu’un « artiste » sinon le mandat assumé d’une relation au monde?’.

 A vous de chercher la relation !

 

 

Eliane Mackintosh (Art Historian – AICA/SC; Gens de la Caraïbe) – 15/03/2015 (Tous droits réservés)

 


Mes recommandations :

The Slave Ship, originally entitled Slavers Throwing overboard the Dead and Dying – Typhoon coming on, J.M. W. Turner RA, (first exhibited in 1840); I Can’t Sleep, Tracy Emin RA(2014); Red Cape Chantal Joffe RA (2014); Spring Fever, Eileen Cooper RA;  The Bog Garden, Forde Abbey,  Dr Jennifer Dickson RA (2014) ; Indian Festival on the Ganges, Antony Eyton Senior RA (2014); Across The Wadi, Frank Bowling OBE RA (2014); Planning Model, Saw Swee Hock Student Centre, London School of Economics Sheila O’Donnell and John Tuomey RA (2014); TSIATSIA, Searching for Connection El Anatsui Hon RA (2013); Bigger Trees near Water  David Hockney CH RS (2013); Aperiat terra et germinet salvatorem Anselm Kiefer Hon RA (2013); Sex and the City Ann-Caroline Breig (2006); The Virgin Mother Damien Hirst(2006) - 8th Artprice.com 2012-2013.
Consultez: www.racollection.org.uk.

 

searching for connection
TSIATSIA Searching for Connection, EL Anatsui (Hon RA) 2013

Share